Le cirque des poètes disparus

Ceux qui nous connaissent nous pardonneront cet innocent jeu de mots et cette discrète allusion au film de Peter Weir, “Le cercle des poètes disparus“, sorti il y a 30 ans : la tentation était trop grande ! Quoi qu’il en soit, après avoir célébré l’inspiration des peintres de la Belle époque, nous souhaitons évoquer les relations entre le cirque et la poésie. Car les arts de la piste sont à l’origine de très beaux poèmes.

Fondé en 1975, Le Cirque éducatif, aura 45 ans en 2020. Vous imaginez aisément que la célébration de l’anniversaire ne manquera pas de panache. Et d’originalité.

Ainsi le traitement du thème cirque et poésie sera-t-il l’objet d’un soin tout particulier. Juste pour lever un coin du voile, la collaboration avec les établissements d’enseignement sera très particulière. A la rentrée de septembre, nous leur avons envoyé quatre poèmes qui ont été choisis par notre comité de suivi pédagogique. Et nous leur avons demandé de les faire illustrer par leurs élèves. Le même comité de suivi pédagogique, composé d’enseignants, sélectionnera les œuvres qui seront projetées sur l’écran pendant le spectacle. Et les élèves et leurs professeurs se retrouveront au milieu des grands professionnels qui composeront la troupe. Ainsi, la poésie sera-t-elle présente par les textes et par leur illustration. Mais on imagine bien qu’elle s’est immiscée dans le choix des numéros. Là encore nous ne vous dirons pas tout car nous voulons vous ménager la surprise. Mais, par exemple, lorsque Romain Cabon évoluera aux tissus aériens « pour atteindre l’inaccessible étoile », c’est La quête qui sera chantée par l’orchestre, un poème magnifique, une chanson qui fut interprétée par Jacques Brel dans la comédie musicale “L’homme de la Mancha“ et reprise par Johnny Hallyday en 2006-2007 en conclusion de son tour de chant de la tournée “Flashback Tour“. Un autre exemple ? Saviez-vous que les pigeons d’Andrejs Fjodorovs vivent en symbiose avec lui, en totale liberté, se regroupant à son appel quand vient le moment d’entrer en piste. Est-il besoin de préciser que cette relation est empreinte d’une poésie qui transparaît pendant le numéro. Chez nous même le rire est poétique et les maladresses de Gregory Bellini ont un charme troublant.

Il est de retour au Cirque éducatif après 10 années d’absence pendant lesquelles il a été pensionnaire du Cirque d’hiver, du Cirque Arlette Gruss et de quelques grands établissements allemands de la Galaxie Roncalli. Ses tentatives catastrophiques pour être magicien ne sauraient faire illusion et Alexandra Saabel, dans son grandiose numéro sur le thème d’Alice au Pays des Merveilles n’a rien à craindre.

Mais nous en avons déjà trop dit. Sachez que le spectacle réserve bien d’autres surprises et qu’il sera mené tambour battant.