Les billets pour cet évènement ne sont plus en vente.

Francais English
Information

Salut, les copains

Merveilleux Yvan Dautin ! Comme on le connaît mal ! Il ne fait l'objet d'aucune promotion tapageuse, d'aucun matraquage intempestif, et il serait exagéré de dire de lui qu'il est un chanteur à succès. Il n'est pourtant pas inconnu du grand public. Il compte à son palmarès un estimable bouquet de chansons réellement populaires, que nombre de ses collègues pourraient lui envier : "La méduse", "La malmariée", "Les mains dans les poches sous les yeux", "Est-ce que c'est salsa ?", "Boulevard des Batignolles", "Monsieur, monsieur" furent de vrais succès radiophoniques, voire télévisuels. Des tubes, oui, osons le mot ! Il est donc permis de se demander pourquoi l'étiquette de "chanteur fantaisiste", aujourd'hui encore, lui colle aussi obstinément à la peau.

Ses textes loufoques, baroques, qui ne ressemblaient à rien de connu dans l'histoire de la chanson française, ont immédiatement et très agréablement surpris, par leur fantaisie débridée et leur inspiration résolument surréaliste.

Ça ne lui déplaît pas, à Yvan, d'être qualifié de "fantaisiste". Il confie même volontiers qu'il aime faire le pitre, voire le con. Et, à vrai dire, il le fait très bien ! Mais comment se fait-il que les mots "fragile", "touchant", "émouvant", "bouleversant" ne reviennent pas, eux, plus souvent sous la plume des chroniqueurs ?

Yvan, c'est avant tout une blessure, une infinie mélancolie. L'humanité ne sort pas grandie de ses tableaux réalistes ("La femme battue", "La dame Cendrillon"). Ses chansons d'amour sont presque toujours déchirantes ("N'avez-vous rien à déclarer", "Va-t'en, je t'oublierai"), et la misère, sociale, morale ou intellectuelle, lui inspire des couplets rageurs, d'impressionnantes colères.

Un récital d'Yvan, c'est un long cri contre la médiocrité, la bêtise épaisse, l'injustice, l'absurdité de l'existence. Les sanglots ne sont jamais loin. Et pourtant, Yvan fait le con. Par pudeur, pour ne pas pleurer, précisément. L'élégance suprême. La fameuse "politesse du désespoir" !

Extrait du Billet de Denis Reynaud - 15 janvier 2017

http://yvandautin.canalblog.com/

Voir toute la description
Photos
Où et Quand

Du 26 mai 2018 à 20:00 au 26 mai 2018 à 23:00

L'Autre Lieu
chemin du château du diable
LA RICAMARIE

Ajouter à mon calendrier

Partager
Participants
Support
Un souci avec votre commande ?

Contactez notre support par email