Les dispositifs à mettre en place pour organiser un évènement éco-responsable

De plus en plus de collectivités locales comme des conseils régionaux ou des mairies de grandes villes, notamment la mairie de Paris en mars 2016, adoptent une “charte éco-responsable” pour inciter les organisateurs à réduire l’impact de leurs évènements sur l’espace public. Les organisateurs qui ne s’y soumettent pas pourraient se voir refuser  l’autorisation de voirie nécessaire à l’organisation d’un évènement sur le domaine public.

Comme beaucoup d’activités humaines, les événements ont des répercussions négatives sur l’environnement. Face à ce constat, les organisateurs d’évènements peuvent d’eux même choisir de mettre en pratique des valeurs de développement durable et créer ce qu’on appelle des éco-évènements. Les éco-évènements, ou évènements éco-responsables, sont les évènements qui adoptent une réflexion environnementale et intègrent les principes du développement durable dans le but de limiter les impacts environnementaux négatifs.

A l’instar du festival We Love Green, qui revendique sa démarche comme étant éco-responsable, certains évènements intègrent des logiques de développement durable à leurs décisions.

 

Choisir un lieu éco-respectueux

L’organisation d’un évènement éco-responsable commence par le choix de son emplacement. Idéalement, le lieu choisi devra être suffisamment desservi par les transports en commun ou accessible à pied, afin d’inciter les participants à ne pas emprunter la voiture. Ce simple choix permet dans un premier temps de limiter les émissions de CO2 pour se rendre sur l’évènement. Si l’évènement doit avoir lieu dans un bâtiment, l’organisateur peut choisir de privilégier les bâtiments qui utilisent des systèmes économes en énergie comme les éclairages basse consommation, ou les récupérateurs d’eau de pluie.

 

Limiter la production de déchets

L’éphémérité d’un évènement conduit souvent les organisateurs à favoriser les produits à usage unique. Selon une étude réalisée par l’Adem, une manifestation moyenne de 5 000 personnes peut générer près de 2,5 tonnes de déchets. Mais des solutions existent afin de réduire cette production massive de déchets et améliorer leur gestion sur l’évènement. L’organisateur peut mettre en place des poubelles adaptées pour le tri sélectif, ou encore limiter la vente de produits avec un emballage.

Parmi les produits les plus vendus sur un évènement, les boissons sont largement en tête. Les gobelets en plastique dans lesquels ces boissons sont servies se retrouvent bien souvent jetés par terre plutôt que dans les poubelles. En plus d’être néfaste pour l’environnement, ce geste occasionne des frais de nettoyage supplémentaires pour l’organisateur. Ce dernier a donc tout intérêt à utiliser des gobelets réutilisables pour son évènement. La consigne appliquée à chaque gobelet (généralement à hauteur de 1€) encourage les participants à venir le rendre à la fin de l’évènement. Plusieurs fabricants comme Ecocup ou Greencup se sont récemment lancés dans la conception de gobelets écologiques.

Le succès de ces gobelets est dû au fait qu’ils permettent de supprimer totalement les gobelets de la production de déchets sur un évènement.

 

Mettre en place une communication éco-responsable

La promotion d’un évènement est elle aussi une pratique pouvant aller à l’encontre des principes de développement durable. En effet, l’impression papier d’affiches, de flyers, d’invitations ou de billets s’avère extrêmement gourmande en encre et en papier. Pour remédier à cela, il est aujourd’hui possible d’adopter une communication exclusivement dématérialisée, c’est à dire n’utilisant que des canaux numériques : réseaux sociaux, site internet, e-mailing, billetterie en ligne, etc. En utilisant un système de billetterie en ligne, le participant n’aura pas nécessairement besoin d’imprimer son billet pour entrer dans l’évènement, mais pourra directement le faire scanner depuis son smartphone (m-billet). Si toutefois le type d’évènement exige de passer par l’impression, on préfèrera alors du papier recyclé et des encres végétales.

La mise en place d’un éco-évènement n’est pas exclusivement motivée par les valeurs éco-responsables de l’organisateur. Ces pratiques peuvent servir à optimiser les dépenses liées à l’évènement, mais également à valoriser l’image et développer la notoriété d’un évènement auprès d’un public de plus en plus sensible aux problèmes environnementaux.

Posté par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *